Un p’tit Suisse en Normandie

Je quitte la Normandie avec l’étrange sensation de quitter un pays. Non pas que le choc culturel avec la Bretagne soit marqué, mais simplement parce que j’y aurai passé 20 jours, soit plus que dans de nombreux pays, et aussi parce que je n’ai pas encore de plans pour la suite, si ce n’est de rejoindre Saint-Malo pour… y échafauder le plan pour la suite.

Vous connaissez déjà la fin de l’histoire, le vol en ULM, mais laissez-moi tout de même vous conter le début : « Il était une fois, dans un pays pas si lointain, une région où il pleuvait plus que dans les autres. Les hommes qui la peuplaient… »; bon, un peu de sérieux je vous prie.

Arrivé par la Côte d’Albâtre, je suis rentré dans les terres à Dieppe avec l’intention de visiter la forêt d’Eawy, le château Gaillard, Rouen et l’abbaye de Jumièges. Après avoir suivi les boucles de la Seine et goûté le cidre et le Calvados local, me voilà de retour sur la côte à Étretat, avec le succès que vous connaissez déjà.

En longeant la mer jusqu’à Carentan, j’ai eu l’occasion de goûter quelques fromages locaux, comme le Camembert et le Pont-l’Évêque, avant d’en apprendre énormément sur le débarquement du 6 juin 1944 et sur la seconde guerre mondiale en général. Le musée du débarquement à Arromanches, avec pour toile de fond les ruines du port artificiel remorqué à travers la manche depuis l’Angleterre, m’a particulièrement plu.

Ma route le long de la côte m’a ensuite conduit dans le Cotentin, où j’ai visité la pointe de la Hague, aussi appelée « La petite Irlande ». Ça restera un de mes coins préférés du voyage, avec les fougères rougeâtres nappant le bord de mer,et ce malgré la grisaille. J’ai d’ailleurs hésité à rester 48h supplémentaire pour profiter de l’éclaircie annoncée, avant de finalement décider de rejoindre le Mont Saint-Michel; et qu’est-ce que j’ai bien fait!

Quand je l’ai aperçu, au loin juste après une petite montée, j’ai déjà été bluffé par sa forme majestueuse s’élevant au milieu de nulle part et reconnaissable parmi toutes. Vous connaissez la suite, vol en ULM avec le soleil couchant, un moment inoubliable. A tel point que j’ai remis ça le lendemain au levé du soleil! Puis j’ai repris mon vélo, et je me suis approché à mon rythme habituel, en ayant toujours à l’horizon cette forme mythique dans la brume environnante. A 100m de l’entrée, là où les bus navettes chargent les masses de touristes, j’ai fait demi-tour face à la quantité de gens. J’ai fait quelques photos plus loin à la tombée de la nuit, avant d’aller faire une courte promenade dans les petites ruelles intérieures, vides cette fois.

Le Mont Saint-Michel est le monument construit par l’homme le plus impressionnant, magique, voir mystique que j’aie eu l’occasion de voir de mes yeux, et il risque de le rester longtemps.

2 commentaires sur “Un p’tit Suisse en Normandie

  1. Hey Luca!
    Un petit commentaire pour te souhaiter bonne route! J’aime beaucoup lire ton blog, tu as une bien jolie plume et ton aventure fait rêver! Ta vieille soeur me donne de tes nouvelles de temps à autre, d’ailleurs j’attends toujours une vidéo de cette fameuse marche rapide =)!

    Belle suite et plein de rencontre!

    • Salut la Stéph!

      Merci pour ton message. C’est vrai que je sélectionne avec soin les images pour vous faire baver d’envie. 😉 A l’occase, je mettrai quelques photos de mes repas, de ma gueule après trois jours sans sécher ou d’une paire de chaussettes quand j’ai pas pas eu l’occasion de prendre une douche pendant une semaine; ça devrait contrebalancer un peu les couchers de soleil romantiques! 🙂

      Pour la vidéo, j’ai essayé d’en faire une, mais on voit juste un petit filet de poussière et quelques feuilles bouger (à la Flash). 😉

      Becous