Un peu moins, trois fois rien, partie 1

Je me rappelle, quand on était gosses, notre maman nous donnait, à mon frère et à moi, un franc par jour pour une glace les jours de piscine. Un franc; soit tu manges une « fusée » à chaque fois, soit tu te passes de la glace le premier jour et t’as plus de choix le deuxième, voire le troisième jour. Me rappelle, c’est comme ça que je faisais.

Quand on croise d’autres cyclistes en voyage, les premiers échanges tournent toujours un peu autour des même sujets, en général: « Tu viens d’où? Tu vas où? T’es passé par où? Tu fais combien de kilomètres par jour? Tu dors au camping? », etc. Un peu plus tard vient souvent la question de l’argent. Et ça peut se comprendre puisqu’il existe deux raisons principales pour mettre fin à un voyage: 1) T’as vu ce que tu voulais voir 2) Ton banquier insiste pour te voir…

Pour faire court, avec mes 30 balles par jour, je me situe dans la moitié supérieure en matière de dépenses, la « norme » étant, d’après ce que j’ai pu constater, plutôt vers 10 Euros par jour. Évidemment, ça part des 4€ par jour de Danny le jeune néerlandais, jusqu’au gars « qui compte pas vraiment, ne fait pas de folies, mais est là pour les vacances et va pas se les gâcher en essayant de dépenser le moins possible ». Mais puisque « les autres » arrivent à s’en sortir avec une somme moins élevée, je me suis demandé si j’y arriverais aussi et, si oui, quels changements ça apporterait à mon voyage.

Donc me voilà, dimanche passé, à décider d’essayer de vivre avec 100 couronnes (100SEK) par jour. Facile tu me diras, un dimanche, presque tout est fermé, et en plus j’ai fait quelques réserves le jour précédent et ai de quoi manger pour 2 jours. Je m’en sort pas trop mal, je dépense seulement 40SEK. Le lendemain par contre, je dois faire des courses plus importantes: pain, miel, et un truc pour la journée. Le destin veut que la piste cyclable que je suis passe devant Lidl, et j’y entre pour la première fois depuis des lustres avec mes 160SEK.

Wouohh… Comme c’est bizarre d’additionner les coûts des articles au fur et à mesure! Comme c’est étrange de ne pas prendre ce qui me parait bon et sain, mais de faire des compromis pour inclure le facteur prix! Et comme c’est embarrassant de décider, alors que je me dirige vers la caisse avec 110SEK de marchandise, que ça serait la semaine des pâtes et de la sauce tomate, parce que Lidl à décidé de faire un promotion que je ne peux, en tant que nouveau « pauvre », pas refuser!

Et avec tout ça, fini les cafés et les Kanelbulle, je dois y réfléchir à deux fois avant de sortir mon porte-monnaie, à chaque fois, d’autant que comme le suggère la deuxième phrase de l’article, l’idée est de garder une partie de la somme du jour précédent pour le lendemain, le surlendemain, et ainsi de suite. Ça demande une discipline furieuse et ça n’est pas mon point fort… mais d’un autre côté, si je dépense trois fois moins que prévu, je peux rentrer trois fois moins vite que prévu aussi, non? Et ça, ça aide à se motiver! 🙂

J’ai donc réussi à rester dans les limites pendant 5 jours d’affiliés, avant d’arriver à Stockholm. Et comme je veux visiter « à fond » la seule capitale scandinave que j’ai inclue dans ma boucle, je mets ma radinerie naissante en pause et repartirai de la ville avec 115SEK et une ambition inchangée par rapport à mon arrivée. Retour sur expérience dans quelques semaines! 🙂