Six mois, déjà !

SixMois

Ça y est, la barre de la demi-année a été franchie à Bruges le 2 octobre. Six mois, une grosse barbe, seize pays traversés, le nom d’un sponsor sur le cadre du vélo (www.StickR.ch) et 15’000 kilomètres au compteur; quoiqu’il arrive dorénavant, j’ai fait suffisamment de route et de rencontres pour être satisfait de ce premier voyage de longue durée. Les six mois à venir seront certainement très différents: froid, journées courtes, paysages hivernaux, etc. L’occasion pour moi d’essayer de nouvelles choses…

Jusqu’à Rovaniemi, en Finlande, je me demandais parfois si je n’allais pas un peu vite. Peu de visite de musées et de villes, et plus de six heures par jour à rouler. Difficile de pleinement entrer dans les pays que l’on visite à cette vitesse. Puis j’ai rencontré Jacques; lui aussi avançait vite, et quand je lui ai parlé de mes doutes, il m’a répondu que ce qu’il aimait, lui, c’était rouler, rouler sur de petites routes, admirer les paysages et savourer ces instants dans la nature. Et sa réponse m’a inspiré et fait comprendre qu’il n’y a pas qu’une seule façon de voyager, et encore moins de voyager juste.

Il faut cependant que je reconnaisse que pour ma part je ne suis pas satisfait du temps que j’investis dans la pratique de la photographie. J’ai embarqué un attirail complet et prend rarement le temps de l’utiliser. Je fais généralement mes photos de la même manière que ceux dont il m’arrive de me moquer: par la fenêtre baissée de la voiture, sans même prendre le temps de s’arrêter. J’ai déjà réfléchis à échanger mon équipement pour un appareil plus simple et surtout plus léger. Mais les deux fois où l’occasion s’est présentée je n’ai pas pu me résoudre à donner mon équipement pour le ramener en Suisse.

« Moins de vélo et plus de photo » pourrait donc résumer mes projets pour l’hiver, ou peut-être simplement commencer à voyager, plutôt que de seulement pédaler. Une tente a remplacé le hamac pour diverses raisons: confort, possibilité de « vivre » à l’intérieur en cas de pluie prolongée, hamac souvent interdit dans les campings, que je vais fréquenter plus régulièrement. J’ai aussi acheté un guide pour la Normandie à titre d’essai et vais focaliser ma route sur des lieux à visiter plutôt que sur des pistes cyclables balisées. Pour finir, le changement le plus notable peut-être: depuis trois semaines mon compteur kilométrique est monté de la sorte que je ne le voie plus! Fini la pression des 100 km à faire par jour. Ne vous inquiétez donc pas si les points sur la carte se font plus rares, où s’ils sont plus proches les uns des autres; j’avance toujours, mais plus en ligne droite, et plus tous les jours.