À propos

À propos du voyage

Aller à la découverte de l’Europe. Partir du pas de ma porte et y retourner, à la force des mollets. Essayer d’atteindre un niveau de liberté élevé. Voilà les trois objectifs principaux. Afin de rester aussi libre que possible, je n’ai que grossièrement planifié ma route: Saint-Pétersbourg puis le Cap Nord. Ensuite, route vers le sud-ouest pour rejoindre la Pointe de Tarifa. Finalement, rejoindre Athènes en faisant un crochet par l’Italie.

Initialement, le voyage devait se dérouler entièrement sur mon vélo. Après neuf mois, j’ai pris la décision de continuer à pied pour la seconde année et d’ajouter la traversée des Alpes par la Via Alpina. Je suis actuellement en route vers Athènes, toujours à pied, et compte y prendre un ferry pour le sud de l’Italie, avant de marcher vers la Suisse. Fin de la boucle.

Mais je ne suis pas à l’abri d’un accès de folie qui me ferait continuer jusqu’à la Mer Noire, ou du sentiment d’en avoir vu suffisamment et de décider de prendre l’avion et de rentrer. Comme diraient les deux anglais croisés sur le GR10 dans les Pyrénées en 2014, « We have a map, but no plans ». (Traduction approximative pour les anglophobes: « On a une carte, mais pas de plan. »)

À propos du blog

Donner des nouvelles à ceux qui en veulent, voilà le but du blog. J’y écris ce qui me passe par la tête; certaines de mes aventures, mes humeurs, mes découvertes, mes rencontres, etc. Il ne comporte que très peu d’informations utiles, autant vous prévenir. Je n’aspire pas à devenir écrivain et je n’écrirai pas de livre à mon retour. Si j’ai souvent plaisir à partager sur ces pages ce que je vis seul, l’écriture est parfois une corvée dont je me passerais bien. Voilà, tout est dit; si vous n’aimez pas ce que j’écris, il existe de bons blogs de voyage par milliers sur la toile.

À propos du voyageur

DSC01945-03Plus tout jeune, pas encore vieux, peut-être le meilleur moment de ma vie pour entreprendre ce voyage. Depuis 2007 et mes premiers pas à la montagne, l’essentiel de mes vacances se passe soit avec des chaussures de randonnée aux pieds, soit avec un vélo sous le cul.

Je crois que partir a toujours été un rêve et j’ai pris soin, au fil des ans, à ne pas trop m’encombrer d’objets. Après avoir toujours trouvé de bonnes excuses pour ne pas franchir le pas, j’ai été à court d’idées une fois la trentaine atteinte. Avec une femme et des enfants, j’aurais toujours pu dire que c’était trop compliqué, mais en tant que célibataire et avec quelques économies, plus rien ne pouvait m’empêcher de me lancer.

Les quelques expériences suivantes, toujours « trop courtes », m’ont poussé vers cette aventure de longue durée:

2007: GR20 en Corse, 2 semaines de randonnée avec ma petite amie de l’époque, Franziska.

2009: Traversée de la France et de l’Angleterre, jusque dans les Highlands écossais. 1 mois de voyage, dont 2 semaines avec Franziska, qui étudiait à Bristol.

2010: Voie verte de la Via Alpina, de Vaduz à Montreux en une vingtaine de jours de marche, avec Franziska.

2012: Traversée de l’Allemagne, puis route cycliste Berlin-Copenhague, 16 jours de route, seul.

2014: GR10 dans les Pyrénées, presque 900km de randonnée en 40 jours. Parti seul, mais j’aurai finalement marché une trentaine de jours avec diverses personnes (toutes exceptionnelles) rencontrées au fur et à mesure du parcours. 3 jours avec certains, et jusqu’à 2 semaines avec d’autres.

À propos du vélo

Voir cet article