Petits problèmes d’intégration

En France, ça permet de s’engueuler sans sortir de la voiture, ce qui est drôlement pratique. En Italie, c’est en toute logique qu’ils ont envie d’ajouter une touche sonore quand ils parlent avec les mains. Et en Espagne, peu importe que l’on soit en voiture, on communique, on s’épanche et on exprime ses sentiments sans retenue. Oui, on parle ici de klaxon.

Parmi les différentes occasions permettant d’utiliser son klaxon, j’en ai identifié quelques-unes pour vous; en ville, un « bip-bip-biipp-bip » peut signifier « Salut Carlos! Comment tu vas? On se voit à l’apéro ? ». En réponse un simple « bip-bip-bip » signifiera « Ok, on se voit chez José plus tard! », alors qu’un « bip-bip-biiiiiiiiiip » sera à interpréter plutôt comme un « Non c’est mort, Marina a son cours d’aquagym et je garde les gosses. ». En montagne, plutôt que de ralentir dans un virage dangereux, les conducteurs signalent leur présence de deux brefs signaux sonores; un peu comme nos cars postaux dans les routes sinueuses des Alpes, si on veut. Seulement, si tout le monde fait ça, ça permet uniquement d’affirmer qu’un bruit de tôle froissée est toujours précédé de deux paires de « bips » différents, non?

Et ceux auxquels j’ai le plus affaire sont ceux qui me sont destinés, alors que je roule paisiblement, faisant mon possible pour ne gêner personne. Parfois c’est pour me remercier, quand je fais un signe pour faciliter un dépassement. D’autres, probablement, pensent m’encourager en me cassant les oreilles ainsi, car oui, ce dont ils ne se rendent pas compte c’est que c’est beaucoup plus fort pour moi que pour eux. Je crois même que certains essaient de me dire « Casse-toi avec ton vélo, j’arrive! ». Les derniers, ceux qui klaxonnent croyant dépasser une belle blonde et que je gratifie en général d’un clin d’œil ou d’un bisous lorsqu’ils se rendent compte de leur erreur dans le rétroviseur… 🙂

L’autre jour, quand vers la fin de la journée, dans une énième montée une énième voiture m’a fait sursauter avec son avertisseur sonore (pour information aux espagnols qui me lisent, AVERTIR d’un danger imminent est la fonction première d’un klaxon), ça n’est pas d’un clin d’œil que j’ai gratifié le fautif, mais d’un généreux doigt d’honneur. Par chance il avait autant envie de se battre que moi; il s’est arrêté à la première bifurcation, a attendu ma venue au loin et m’a rendu mon geste peu honorable. Ayant retrouvé mon sang-froid, je lui poliment signifié qu’il pouvait continuer son chemin. Pas toujours facile de se faire aux coutumes des pays qu’on visite…

2 commentaires sur “Petits problèmes d’intégration

  1. Une pensée pour « les nouveaux sauvages », le film auquel me fait penser ton geste… Si tu l’as vu, tu remarqueras que tu t’en es bien sorti !!!
    Si tu ne l’as pas vu… il faudra le faire !
    A+

    • Pas vu, je corrigerai ça dès que possible! Mais peut-être qu’il a pensé que mes pectoraux étaient aussi musclés que mes mollets et que ça l’a fait réfléchir. 🙂