L’Europe à pied, semaine 18

22 août 2017: Les pensées marquantes du jour

Juste comme ça, histoire d’avoir une petite idée du niveau auquel ça peut voler, parfois, dans ma tête. C’est pas folichon folichon, autant vous prévenir!

Le e-mountainebaïke

Boire un Coca-Cola light; voilà le truc absurde par excellence. On veut éviter de consommer trop de sucre et donc on prend une boisson… au goût sucré, mais sans sucre. On dupe son propre corps puisqu’il pense qu’il va recevoir de l’énergie et se prépare à l’emmagasiner. On dupe son esprit en n’assumant ni le fait d’aimer les boissons sucrée, ni celui de refuser d’en consommer. Est-ce que celui qui grimpe sur les montagnes avec un VTT électrique ne souffre pas des mêmes symptômes?

Tout est relatif, qu’il a dit

L’allemand avec qui je partage mon souper, et mon petit-déjeuner le lendemain, à l’auberge Sücka juste au-dessus de Vaduz, a au moins une bonne raison de susciter mon envie; il a encore 90% de ses vacances devant lui. En effet, parti ce matin du lac de Constance, il a prévu d’aller jusqu’en Italie en dix jours. Il commence à peine ses vacances, profite encore pleinement de cette énergie qui vous porte lors du départ. Et moi, pauvre voyageur qui a déjà plus des deux tiers de son voyage derrière lui et qui arrive par conséquent vers le début de la fin de son périple. Je dois reconnaitre que j’ai deux fois plus de vacances derrière moi que devant. Il faut vraiment que je profite à fond de ce dernier tiers, que je savoure chaque minute des huit mois qu’il me reste. Croyez-le ou non, mais tout est relatif.

C’est encore loin?

Quand je dis que je fais la Via Alpina, de Monaco à Trieste, les gens sont impressionnés. Quand j’ajoute que j’ai commencé en Suisse il y a quatre mois, il me félicitent. Si j’ajoute encore que je compte continuer jusqu’en Grèce, la réponse est toujours la même: « Mais pas à pied? ». 900km du Jura à Monaco, 2600km à travers les alpes. Les quelques 2000km séparant Trieste d’Athènes ne sont plus grand-chose en comparaison, pourtant je passe pour un cinglé quand j’annonce que oui, je compte m’y rendre à pied. Les gens n’ont plus aucune idée des distances qui les séparent des lieux où ils se rendent en vacances en avion.

7 commentaires sur “L’Europe à pied, semaine 18

  1. Francine, Pierre et leurs deux chiens (fidèle et Vénus ).
    Nous sommes arrivés à Trieste ce matin, le 20 septembre. Une via alpina qui se termine au bout de trois mois et demi. Après t’avoir rencontrer dans le val d’Aoste nous avons suivi la rouge jusqu’ au sud de ginzling. On a fait quelques infractions au vrai itinéraire pour contourner les zones interdites aux chiens. Après on est descendu pour rejoindre la jaune vers bolzano. De là on a traversé les Dolomites jusqu’à Trieste. Superbe traversée mais la météo n’a pas été des plus accommodante en août et en septembre! On a souvent pensé à toi. Comme toi on a très peu croisé ou détecté de via alpinistes. Comme toi on a rien vu du lichtenstein à part du blanc!! Courage. A plus.

    • Félicitations!!! 🙂 C’est super sympa de donner des nouvelles; j’ai essayé de demander un peu dans les cabanes en Suisse si vous étiez passés par là, mais j’ai obtenu peu d’infos.

      Vous avez bien fait de ne pas trainer et de bifurquer vers le sud un peu plus tôt; les trois derniers jours ont été pénibles sur le Karnischer Höhenweg: 30cm de neige fraiche mardi, un vent glacial aux cols, et des congères de plus d’un mètre de haut. Évidemment, personne n’avait fait la trace pour moi…

      Si j’ai bonne mémoire, vous aviez jusqu’à octobre pour arriver. Vous compter profiter un peu de la plage à Trieste ou est-ce qu’après plus de trois mois de marche on arrive plus à se poser plus d’un jour?

      Salutations

      • Courage Luca !
        pour le peu d’infos récoltées sur nous dans les refuges c’est normal vu que l’on est très peu allé en refuge… surtout en Suisse où il faut gagner au loto même pour boire un café !! en fait en 3 mois et demi on ne s’est réfugié que trois fois en refuge pour passer la nuit pour cause de météo exécrable … alors on laisse peu de traces.
        tu as bonne mémoire, on s’était donné jusqu’à octobre pour faire le trajet mais on a bien avancé et le sale temps répétitif le dernier mois ne nous a pas incité à flâner, alors on a fait du trajet efficace pour boucler la via.
        Arrivé à Trieste on a pas eu envie de flâner, d’une part car la météo était moyenne et parce que comme tu le dis il est dur de se poser après autant de marche au jour le jour. Alors on a pris le train assez rapidement pour rentrer en France.
        Courage à toi pour la fin du trajet sous le beau temps revenu.
        à la fin de ton périple n’hésite pas si tu veux passer nous dire coucou chez nous près de Bourg-d’Oisans en Isère.
        Pierre (Francine, Fidèle et Vénus)

        • Trois nuits en refuge!?! Ça c’est de la discipline. 🙂 A côté de ça mon voyage ressemble au Club Med ! Est-ce qu’après ça on arrive encore à dormir sur un matelas??? 😉

          Finalement, j’ai dû être juste quelques jours derrière vous jusqu’à Oberstdorf. Après j’ai un peu levé le pied, de fatigue. J’espère arriver début octobre, une douzaine de jours après vous.