L’Europe à pied, semaine 11

2 juillet 2017: Un petit peu de tout

Monaco-Trieste, 550 kilomètres à vol d’oiseau. Par la Via Alpina, plus de 2600. Pour arriver à une telle distance, il faut bien faire quelques détours. Après les cinquante premières étapes, je crois pouvoir affirmer que le chemin rouge essaie de donner un aperçu le plus complet possible des alpes.

Un gros détour en Ligurie dans la partie sud, un bref passage dans le parc du Mercantour avant de retourner en Italie pour passer dans le parc des alpes maritimes, le parc du Queyras, celui, à peine effleuré, des Écrins, six heures de marche dans le parc de la Vanoise, avant de passer dans le parc du Gran Paradiso, de poursuivre vers le Val d’Aoste et la Suisse. Puis retour en France pour ne pas manquer le Mont-Blanc.

Dans chacun de ces endroits, je croise des gens qui sont là pour quelques jours, une semaine, voire un peu plus. Chacun de ces endroits possède ses propres circuits qui permettent d’aller plus en profondeur dans leur découverte. Et chacune de mes visites me donne la satisfaction de découvrir une région, mais aussi la frustration de ne faire que la passer en vitesse.

Quand j’en aurai fini avec mon tour d’Europe, la question que l’on me posera, et que l’on me pose déjà, sera de savoir quelle sera la prochaine étape: Asie? Afrique? Amérique latine? Je crois de plus en plus que je commencerai par la Suisse, jusqu’à connaitre toutes les régions et avoir fait le tour de tous les massifs. S’il me reste du temps après ça, et des jambes, j’en ferai de même pour les autres pays alpins. Et puis j’aimerais aussi retourner dans d’autres pays européens : Pays-Bas, pays baltes, Allemagne, Espagne, pays nordiques.

Le monde est un peu grand pour moi et je doute avoir le temps de visiter d’autres continents. Mais grâce aux livres, au web et aux amis qui voyagent, j’aurai certainement l’occasion de me faire une bonne idée de ce que je ne pourrai pas voir.