L’Europe à pied, semaine 11

De retour par chez nous, avant de repartir presque aussi vite. Cette semaine fut forte en rencontres et en paysages incroyables. Mais je ne vais pas tout dévoiler ici. Pour en savoir plus, cliquez juste en-dessous! 🙂

30 juin 2017: La semaine en un clin d’œil

Je quitte la région touristique de Val d’Isère en direction de l’Italie. C’est au col du Mont que je passe la frontière, sous une fine neige; la perturbation arrivée la semaine dernière a du mal à s’en aller complètement et chaque jour amène quelques précipitations. La région abrite le parc national du Gran Paradiso et attire pas mal de randonneurs.

La descente vers le Val d’Aoste se fait par le Val Grisenche. Paysages montagneux dans les hauteurs et présence d’agriculture et d’élevages dans le fond de la vallée. A Avise, je rejoins la Via Francigena, chemin de pèlerinage menant à Rome et qui me mène au col du Grand-Saint-Bernard. Après un bref passage de moins de 48 heures en Suisse, je me dirige vers le véritable point fort de la semaine.

Après avoir passé Champex, le col de la Forclaz et Trient, c’est au col de Balme que, en plus de passer en France, le Mont-Blanc s’offre à mes yeux dans toute sa splendeur. Le plus haut sommet d’Europe se tient juste là, dominant la vallée de Chamonix. Après être descendu au col des Montets et remonté de l’autre côté de la vallée, je plante ma tente au bord du petit lac de Chéserys. Il y a là quatre ou cinq autres tentes, ce qui fait peu comparé au monde rencontré tout au long de la journée.

Après avoir encore profité de la vue sur le maitre des lieux aux cols passés le lendemain, ma semaine se termine au camping de Samoëns, où je prends un jour de repos bien mérité, à ne rien faire d’autre que profiter du soleil et lire.