L’Europe à pied, semaine 10

Après deux jours de repos à Mont-Dauphin, vers Guillestre, je reprends la route vers le nord. Deux parcs nationaux au programme; celui des Écrins, que je ne ferai qu’effleurer, et celui de la Vanoise. Et aussi des images, tiens, pis un compteur à jour, tant qu’à faire!

23 juin 2017: Oh putain!

Mes deux frangines ont prévu de venir marcher quelques jours avec moi en juillet, à des moments différents. Deux rendez-vous, peut-être les seuls de l’année, que je dois planifier avec les moyens du bord; pas forcément facile en effet, quand on se déplace à pied, qu’on est à la merci de la météo et que la distance parcourue chaque jour varie énormément, de savoir plus d’un mois à l’avance où je me trouverai à une date pas encore tout à fait précise!

Mais au-delà du défit logistique, c’est surtout la prise de conscience de l’immensité du parcours de la Via Alpina qui me frappe pour la première fois. En partant d’une base de quarante-cinq heures de marche par semaine, je commence à fixer des jalons, en me basant sur les temps donnés par le guide fourni sur le site officiel, qui jusqu’ici correspondent assez bien au temps réels. Petit à petit, je vois la carte défiler dans ma tête: Adelboden le 22 juillet, les Grisons à la mi-août, arrivée en Autriche début septembre. Je m’arrête là, bien qu’il reste encore une cinquantaine d’étapes avant d’atteindre Trieste.

Avec mes dix étapes par semaine je pensais être rapide, mais en réalité il s’agit du rythme minimum si je veux arriver au bout du parcours avant la fin du mois de septembre. Prit par petits bouts journaliers, puis hebdomadaires, la taille de ce gros bébé ne m’était jamais apparue aussi clairement: 2600km, 138’000m de dénivelé positif, la même chose en négatif bien entendu, et environ 886 heures de marche, ce qui représente 55 heures de marche par semaine, jours de repos compris, si je veux respecter mon objectif minimal, qui est de finir le trajet en 16 semaines.

Je n’ai pas trouvé d’expression plus adaptée que celle du titre: Oh putain!

5 commentaires sur “L’Europe à pied, semaine 10

  1. Bravo lucas pour ce super périple.. Plaisir de t avoir rencontré hier j aime les gens comme toi ! Tous de bon, bonne suite et profite à fond.. Moi je dois attendre l année prochaine…
    Karine cabane de la Tourche

  2. Hello Luca. Nous pensons à toi…soirée pluvieuse et orageuse! Nous sommes au sec dans notre chambre de backpakers au « Petit baroudeur  » à Champery. Nous avons lu avec curiosité et intérêt quelques uns de tes derniers récits…au plasir de te lire!
    Les drôles de dames:Coco, Nath, Franboise.

    • Bonjour les drôles de dames,

      J’ai également eu une pensée pour vous quand j’ai vu l’orage au loin de l’autre côté delà vallée du Rhône. J’espère que tout s’est bien passé pour vous et que vous avez échappé à la pluie pendant votre longue étape ?