L’Europe à pied, semaine 18

Quatre pays différents en seulement six jours; à se demander s’il aurait pas pris un peu d’EPO le garçon, cette semaine. Mais non; 100% naturel, il vit toujours d’amour et d’eau fraîche, enfin surtout d’eau, y en a beaucoup dans les alpes. Quatre pays en six jours, certes, mais une seule langue, l’allemand, sous réserve de quelques nuances régionales toutefois. Semaine dix-huit, soit plus d’un tiers d’année; « Mais c’que ça file, de bleu! »

Lire la suite

L’Europe à pied, semaine 17

De la neige. Pas celle qui attire les skieurs, pas celle qui annonce l’hiver, pas celle faite pour rester. Non, celle qui ne fait que passer, qui pousse les gens à rester chez eux et qui rappelle que l’été aussi est parfois froid, dans les montagnes. Mais celle aussi qui met en évidence les courbes de la nature; la montagne se transforme en Kougelhopf géant saupoudré de sucre-glace par un pâtissier céleste. Celle qui amène le silence et le calme à celui qui ose sortir, ou qui n’a pas d’autre choix. Celle qui gèle les doigts quand il faut plier la tente au petit matin et qui mouille les chaussures plus vite que la rosée sur les longues herbes des prés alpins fleuris un frais matin de juin.

Lire la suite

L’Europe à pied, semaine 16

Les alpes se font plus douces cette semaine, et les endroits où je plante ma tente battent des records de beauté. Je suis en route vers l’est, tout en sachant qu’il faudra tôt ou tard repartir vers le nord pour passer, comme le promet la Via Alpina, par les huit pays alpins qui comprennent le Lichtenstein et l’Allemagne.

Lire la suite

L’Europe à pied, semaine 9

J’ai appris qu’il y avait des vendredi-istes sur le blog; c’est-à-dire des gens qui attendent vendredi avec impatience pour lire le résumé de la semaine. Je tiens à m’excuser d’avance pour toutes les fois, comme celle-ci, où j’aurai un peu de retard. Il s’agira parfois d’un manque de discipline de ma part, d’une absence de connexion internet pendant une longue période, d’une inspiration peinant à venir ou encore peut-être d’une panne d’appareil électronique. Pour cette semaine mon excuse est simple: je voulais passer la frontière suisse un mois jour pour jour après avoir quitté Monaco. Pourquoi? Comme ça… Toujours est-il que du coup, je n’ai pas pris le temps de m’asseoir à une terrasse pendant quelques heures pour vous pondre mon résumé. La bonne nouvelle c’est que le dimanche 2 juillet vers 17h j’ai franchi le col du Grand-Saint-Bernard. Mais ça, ça sera pour la semaine onze; place maintenant à la numéro neuf, si vous voulez bien! 🙂

Lire la suite