L’Europe à pied, semaine 28

Mieux vaut tard que jamais, qu’on dit! Voilà le résumé de la semaine vingt-huit, le dernier du genre. Fatigué de devoir me creuser la cervelle devant une page blanche, tâche devenue de plus en plus ardue au fil du temps, je retourne au rythme adopté en début de voyage: écrire quand la matière a suffisamment mariné dans le jus de cerveau et explose à la surface avec énergie et fraicheur. Ou pas.

Lire la suite

L’an demain

2018

2016: Décollage. 2017: Vol. 2018: Atterrissage. Une fois les derniers préparatifs achevés, une fois les premiers kilomètres avalés, une fois quelques nuits passées, on peut confier son voyage au « pilote automatique »; un coup d’œil de temps à autre sur les instruments de mesure et la possibilité de reprendre la main en cas de besoin, mais le gros du travail ne demande plus vraiment d’efforts. L’essentiel de la concentration se résume au moment du décollage puis, plus tard, à celui où il faut ramener sa carcasse sur la terre ferme. Ce moment approche. Gentiment, certes, mais il approche.

Lire la suite

L’Europe à pied, semaine 25

Une crotte et, peut-être, une trace. Voilà mon contact factuel avec l’ours cette semaine. Mais autour de cet animal règnent un nombre incalculable d’idées reçues, de peurs héritées du moyen-âge, d’histoires terrifiantes inventées de toutes pièces. Bienvenu dans le monde imaginaire où l’ours est un dragon et moi le chevalier venu le combattre.

Lire la suite

L’Europe à pied, semaine 24

Dernière ligne droite vers la fin de la Via Alpina. Une semaine pour essayer de réaliser que, ça y est, le mythique parcours à travers les Alpes est désormais une page de mon histoire personnelle. Pas de quoi faire le fier non plus; la randonnée est un hobby de senior, j’ai pu le vérifier en chemin. Alors quoi? Alors rien. C’est quoi la suite?

Lire la suite